Psilocybe de Moeller

Nom scientifique: Psilocybe moelleri

Genre: Psilocybe

toxique

Psilocybe de MoellerPsilocybe de MoellerPsilocybe de MoellerPsilocybe de MoellerPsilocybe de MoellerPsilocybe de MoellerPsilocybe de MoellerPsilocybe de MoellerPsilocybe de Moeller

Informations
Chapeau (1-5 cm) hémisphérique, conico-convexe à convexe puis aplani, hygrophane et subvisqueux par temps humide, avec des restes éphémères d’un voile blanc chez les jeunes exemplaires à la marge qui n’est jamais striée par transparence, ochracé ou jaune-brun clair, pâlissant avec la déshydratation, jaunâtre pâle, paille ou même blanchâtre.

Lames assez espacées, adnées de forme subtriangulaire, pâles au début puis brun clair, brun rougeâtre sombre et à la fin brun noirâtre à noirâtres, marbrées/papilionacées comme celles des Panéoles, avec une marge fimbriée, blanche.

Pied (3-9 cm x 0,2-0,6 cm) cylindrique et souvent élargi à la base, blanchâtre ou jaunâtre jusqu’à jaune brunâtre, bulbeux ou même courtement radicant, avec une zone annulaire fibrilleuse noircie par les spores ou même chez les tout jeunes sujets, un petit anneau membraneux, vite oblitéré et fugace. Ce pied, pruineux au sommet, est floconneux, fibrillo-laineux sous l’anneau.

Chair mince, pâle. Odeur agréable, parfumée, faible ou au contraire forte, sucrée, chocolatée. Saveur douce ou amarescente.

Espèce grégaire, coprophile (bouses de vache, crottin, crottes diverses) dans les prairies ou les bois aérés.

Ce champignon, nouveau pour la flore fongique aveyronnaise, se distingue des autres Psilocybes coprophiles par ses couleurs plutôt claires, à dominantes jaunâtres, ochracées ou paille à blanchâtres, sa marge non striée chez les sujets adultes, la présence d’une zone annulaire fibrilleuse ou même membraneuse, fugace mais souvent visible (noircie par les spores) et, au niveau de l’étude microscopique, par ses spores, en partie anguleuses, (sub)hexagonales vues de face et qui sont nettement plus grandes que celles de Psilocybe merdaria. L’absence de chrysocystides sur les lames permet de ne pas le confondre avec le parfois très ressemblant Strophaire hémisphérique (Stropharia semiglobata).




Où pousse ce champignon ? : Sur excréments, fumier
Forme du champignon : Pied et chapeau-Lamelles
Eléments à rechercher : Anneau-Chapeau visqueux